Dôme de Neige des Écrins (4015m)

18-19 juillet 2005, Près de Mme Carles, Ecrins,
Voilà, ma première course d’Alpinisme et mon premier 4000.

C’est après avoir rencontré Pascal Eon-Duval sur les falaises des Saillants du Gua que m’est venue l’envie d’aller en haute montagne. J’avoue que l’opportunité de cette rencontre y est aussi pour quelque chose.
Jusqu’ici, ma pratique de la montagne se résumait à l’escalade en école et ski en station.

Pour l’occasion, c’est avec Pierrick que je ferais la course et trois autres membres des Grimpeurs des Alpes (GDA). Serge et un couple qui prépare son acclimatation pour faire le Mont Blanc cet été. Ambiance plutôt sympa.
Pascal est venu avec ses deux garçons (12 et 14ans) pour tenter le Dôme.

Samedi, la météo n’est pas de la partie. Dès le refuge du glacier blanc, nous essuyons de gros orages et sommes bien contents de nous mettre à l’abri.
La dernière montée au refuge des Ecrins se fait dans les fracas de l’orage et de la grêle. Cela rappelle notre petitesse face aux éléments.
Les enfants de Pascal sont montés comme des furies et sont allés se réfugier dans les cuisines du refuge. Je me rappellerais toujours de Pascal se prenant une volée de bois vert par le gardien qui lui reprochait d’avoir laissé monter ses gosses tout seuls (ils nous avaient mis 10minutes dans la vue les marmauds).

L’arrivée au refuge fait grand bien, nous pouvons nous changer et sécher nos vêtements. Bien content de manger la soupe.
Aller, au dodo pour une courte nuit, demain réveil à 4h.
Le refuge n’est pas bondé, le mauvais temps aura provoqué pas mal d’annulations (tant mieux, nous serons moins sur la course demain).
Pascal ne montera pas, cela ne semble pas très prudent. Ses garçons ont déjà bien donné pour monter au refuge la veille.

Donc départ à la fraiche. Il a reneigé dans la nuit et le vent du nord a bien rafraichit l’atmosphère. C’est très bien pour les conditions de la course, ça retardera le dégel.
Les +900m pour le Dôme ne sont pas donnés, d’autant qu’il y a l’altitude. Il faut aménager des pauses.

Le lever de soleil est une renaissance et comble un peu la fatigue. Les lumières sont fantastiques et l’ambiance vous prend aux trippes.

Nous sommes à mi-course.
La rimaye passe bien, mais il faut quand même s’encorder et mettre deux broches. A la descente on se marchera un peu dessus entre les cordées.

Le Dôme offre un très beau point de vue. Mais avec ce vent du nord, il ne vaut mieux pas trainer.
Il est temps de descendre, ça chauffe très vite et ça botte !

Dôme de Neige des Écrins : Versant NE (Voie normale), 4015m, +2140m (400m), F/II

[ratings]

Autres articles de la catégorie

Commentaires fermés