Off et Ultrafondus

On se fait un OFF ce soir ?

Bon ben comme j’ai entendu le terme et que je veux pas passer pour un c… je me renseigne.
Faire un “OFF”, c’est courir, longtemps, librement, au feeling et sans contraintes horaires, ni géographique.
Pas de dossard, c’est quand on veut, où l’on veut. On a tous rêver gravir ou de faire le tour de tel ou tel montagne. Et bien le OFF permet tout ça, il permet créer sa propre épreuve et d’être à la fois le coureur et l’organisateur de sa passion.
C’est un petit peu ça qui m’a pris depuis le printemps de cette belle année 2010 et depuis je cours, de plus en plus haut et de plus en plus longtemps.

Etre un Ultrafondu

(Source : http://ultrafondu.free.fr … un site piraté …)
Ultrafondus reprend à son compte cette définition du marcheur, livrée par Serge Daney, théoricien du cinéma :
“C’est quelqu’un qui ne compte que sur lui-même. Il n’a que son corps. Tant qu’on ne touche pas à son corps, il va où il veut. Il n’a pas à se plaindre, parce que c’est une jouissance absolue, d’aller où on veut.”
Serge Daney, tiré de ses entretiens avec Serge Toubiana.
Bon, bah il fallait aussi trouver un credo, un paradigme existentiel qui baliserait savamment et de jolie façon l’esprit d’UFO. Après moults creusages de méninges, il est ressorti pas grand-chose de plus qu’une grande fainéantise. En gros, ça donne (pouf pouf) :
Article 1 – A partir de 42,196 kilomètres parcourus d’une traite essentiellement en courant, tu es un UFO.
Article 2 – Quand l’UFO doit choisir comment perdre son temps, il va courir.
Article 3 – La blessure est la pire hantise de l’UFO, car elle l’oblige à s’arrêter.
Article 4 – L’UFO peut chercher la performance, mais c’est juste pour courir plus longtemps ensuite.
Article 5 – L’UFO court partout, tout le temps, vêtu comme il peut. Il est tridimensionnel.
Article 6 – L’UFO est un animal (forcément) paisible (évidemment).
Article 7 – L’UFO est têtu et il a une idée fixe… devinez laquelle (oui, celle là aussi… mais l’autre également).
Article 8 – Par extension, l’UFO aime tout ce qui est long, exagéré et difficile.
Article 9 – L’UFO aime échanger ses expériences sur tous les domaines, pourvu que ça le fasse courir plus longtemps.
Article 10 – L’UFO n’a pas peur d’aller courir tout seul, ni la nuit, ni en rase campagne.
Article 11 – L’UFO jeune mesure en kilomètres, l’UFO expérimenté calcule en heures et en jours, l’UFO sage se projette dans les années.
Article 12 – Au stade ultime de l’accomplissement, la course à pied n’est plus ni une contrainte, ni une fin en soi. Elle est naturelle, au même titre que la marche ou la respiration.
Article 13 – L’UFO a le sens du rythme et cherche le mouvement perpétuel (qui n’est pas juste une image sexuelle).
Article 14 – L’UFO peut choisir d’être tout le contraire de ce qui précède si ça lui chante.

Commentaires fermés