Urban Climbing

Tout a commencé en août 2008 lorsque les salles d’escalade étaient fermées et que je crevais la grimpe.
Je me trouvais plusieurs soirs de semaine à zoner en quête de spots grimpables.

D’abord j’avais déjà repéré et expérimenté le mur de la Bibliothèque du Conservatoire National de Région à coté de chez moi (photo à venir). Plutôt pas mal, mais il faut un peu d’imagination. Il s’agit de registres rectangulaires entre 20 et 50cm plus ou moins enfoncés. C’est un peu salle sur le haut, des pigeons y ont élus domicile, mais ça le fait bien, ça décrasse.

Ensuite, c’est en en discutant que l’on m’a parlé du campus à Grenoble et notamment l’amphi Weil.
Le mur de l’Amphi est un sacré morceau, autant par lui même qu’à grimper. Je ne crois pas que la moindre traversée soit cotée en dessous de 6, 6+.
Des ascensions (Partie noire uniquement) sont possibles, mais le crash-pad(s) obligatoire.

Voici le mur de l’Amphi.
On voit bien les traces de pof. Signes d’une activité “grimpignolesque” évidente.

Vu de coté, ça déverse, n’est-ce pas ?

Sans transition(s),

“Bouldering, Urban bourldering …”

Excélent ! J’ai vu la pratique nommée “Bluidering” en référence au “Bouldering”, escalade sur bloc (en anglais).
Tous le monde connais Alain ROBERT qui se fait arrêter en grimpant les Tours Petronas à Kuala Lumpur ?
Dans son cas, il s’agit bien de Bluidering.

…. Voilà, cette page sera à completer de petites photos de futurs sessions entre potos.

Un site référence (en anglais)

Urban climbing sur Wikipédia

Un autre site qui parle du truc

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>