Tête des Fétoules

17 et 18 avril 2010, refuge de la Lavey, Ecrins. Tête des Fétoules, 3459m,

Samedi 17 avril 2010
Voiture 16h, on est vraiment des faignants, mais on prend notre temps et ce n’est pas plus mal. Encore quelques rayons de soleil et nous voila au refuge pour l’apéro.
Il fait pas chaud et il va falloir trouver un moyen de faire sécher les peaux.
Pas mal de monde et ambiance sympa.
« Dal bhat » maison … on avait faim. Pour le vin, je crois que ça ne changera jamais : “Vin rouge en refuge, vin-diou !”
Demain réveil prévu à 5h30, on verra bien.
Les peaux et les chaussons passeront la nuit au-dessus du poil, tip-top.



Dimanche 18 avril,
Réveil ! Je traine (comme d’hab), Nico est déjà sur pied. Petit-déj grand luxe, leur miel des hautes Alpes est extra.
On chausse à 6h30, il faut partir tranquille. L’idée étant d’aller au bout et la météo est annoncée bonne.
Il y eut un très bon regel. On ne garde pas les skis très longtemps et on passe les crampons – skis sur le sac.
On rejoint le Cros de la Lavey assez efficacement.
Les quatre personnes rencontrées la veille sont derrière, on ne sera pas seuls.
Toujours pas vu le soleil, il est 9h et les Arias en face se bâchent, zut, j’espère que ça va tenir.
Les pentes du Cros se montent bien et on aborde l’altitude sans se presser. On ne lésine pas sur les barres énergétiques et la flotte, il faut aller au bout.
La météo se gâte, un plafond de nuages au dessus de 3200m.
On prend pied sur le glacier des Fétoules, la neige est tout autre, poudreuse et profonde.
La trace est faite on est bien content, mais c’est des fois bien chargées.
Le temps n’est pas meilleur, c’est presque jour blanc.
Nos successeurs semblent s’être arrêtés. On apprendra plus tard qu’ils ont renoncé sous l’œil à la vue du mauvais temps.
Ça y est, l’antécime est là. On la rejoint par l’arrêt et le soleil se pointe, quelle chance ! J’adore ces ambiances en arêtes.
Il ne faut pas trainer des fois que la m… revienne. L’horizon est loin d’être dégagé, on ne verra pas grand-chose alentour. Ce sera l’occasion de revenir.
Descente pas pire que ça sur les pentes glacière, mais piégeuse. C’est soit tout bon, soit cartonné dure 5cm … ce qui me vaudra 50m après le départ une belle pelle et …

… je me relève… un trou, un gros trou… c’est noir… => je suis au dessus de la première rimaye … hips, bordel #’&°*; ..put… !! quel c…

Bon plus de peur que de mal.
La suite se fait avec prudence en neiges très changeantes selon les expositions. La descente des sous les Cros de la Lavey est en moquette à poil court, c’est très bon. Le reste au dessus du refuge est aussi bon même si plus transformé.
On pensait quitter les skis plus tôt, mais le Nico avait le nez pour trouver les bons passages – un peu sangliers des fois – et on déchaussera qu’une seule fois.
Apéro à 13h. L’orage arrive au fond du vallon, il ne faut pas trainer.
Déchaussage vers 1550m, Vénéon et remontée au parking avec encore du jus dans les pattes « On y retourne ? ».
Bien belle course, bien beau vallon, super refuge, d’autres super courses … blablabla.

[ratings]

Autres articles de la catégorie

2 comments to Tête des Fétoules

  • franck

    Si j ai bien compris t’es tombé dans la rimaye … vous aviez tout le matos pour l’auto-secours bien sur !!!
    On est tous pareil, avec l’altitude, les visages se déforment … ;-)

    • non je suis pas tombé, ma bonne étoile me protégeais… Mais cela ne sera pas toujours le cas, je me suis promis de prendre le baudard et la corde les prochaines fois.
      @+

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>